La biodégradation en résumé

La biodégradation est la transformation d’un produit lavant complexe en éléments plus simples, par l’action d’organismes vivants, notamment les bactéries.
Il faut distinguer 2 stades de biodégradation :

  • Primaire : les molécules sont transformées en plusieurs morceaux, appelés métabolites. Mais attention ! Chacun d’eux peut avoir des effets sur l’environnement et ils sont parfois plus toxiques que le produit initial.
  • Ultime ou totale : à ce stade, les molécules et leurs métabolites se sont transformés en éléments absorbables par la nature vivante (eau, gaz carbonique, sels organiques…).

Comparons ce qui est comparable !

La loi impose une biodégradation des tensioactifs d’au moins 80 % en 21 jours. Mais primaire seulement ! Lorsque les lessives classiques annoncent un taux de biodégradabilité, il s’agit du stade primaire. Les produits écologiques, eux, parlent de biodégradabilité optimale.

Les lessives : elles sont composées de différents ingrédients qui sont indispensables pour l’efficacité du lavage : les tensioactifs, les adoucissants et les agents de blanchiment. Présents dans les lessives écologiques, ils proviennent de matières premières très différentes : des extraits végétaux pour les tensioactifs, des argiles (zéolithes) ou du citrate de sodium pour les adoucissants et de l’oxygène actif pour les agents de blanchiment.

Nos produits d'entretien au quotidien :

Les lessives : elles sont composées de différents ingrédients qui sont indispensables pour l’efficacité du lavage : les tensioactifs, les adoucissants et les agents de blanchiment. Présents dans les lessives écologiques, ils proviennent de matières premières très différentes : des extraits végétaux pour les tensioactifs, des argiles (zéolithes) ou du citrate de sodium pour les adoucissants et de l’oxygène actif pour les agents de blanchiment.

Les produits vaisselle et les autres produits nettoyants : ils contiennent toujours des tensioactifs, complétés par des additifs qui varient selon le type de produit - une crème à récurer courante nécessitera par exemple l’adjonction d’un abrasif.

Bon à savoir :

Les lessives conventionnelles dites "sans phosphate" contiennent non seulement tous les autres composants des lessives courantes mais aussi les substituants des phosphates. Ils sont souvent plus problématiques pour l’environnement...

Et nos eaux sales, elles vont où ?

Encore 5 % des foyers n’ont pas accès à l’assainissement. Et lorsque nos eaux usées sont traitées, elles ne le sont que partiellement !
Plus ou moins efficaces, les étapes de traitement varient d’une station à l’autre. Mais il en résulte toujours des boues toxiques qui sont à retraiter puis à évacuer : 50 % sont utilisées par les agriculteurs et le reste est incinéré ou mis en décharge.

À savoir aussi : les additifs, enzymes des lessives, solvants et tensioactifs rejetés dans les eaux, ne sont pas toujours recherchés lors des analyses en stations. Ils ne sont alors pas traités…