Un modèle à défendre au niveau local et national

C’est le 1er rapport intégré d’activité et de développement durable de Biocoop, pourquoi avoir fait ce choix ?

Biocoop est né de la RSE. Ses valeurs et son modèle sont profondément ancrés dans une dynamique de développement responsable et durable. Aujourd’hui, au vu de notre organisation, c’est pour nous une évidence d’associer nos résultats à nos actions en matière de RSE. Ce sont les deux faces indissociables d’une même pièce. Notre démarche sociétale et environnementale « Au cœur du progrès » est amenée à prendre de plus en plus d’ampleur dans la mesure où nous avons vocation à rester des pionniers du développement durable. Réconcilier l’économie et l’éthique demeure notre priorité. Cette attente est partagée par un nombre grandissant de personnes ; et nous avons l’ambition d’y répondre en élevant toujours plus haut notre niveau d’exigence.

Comment, concrètement, répondez-vous à cette attente ?

La gouvernance singulière de Biocoop implique naturellement le respect des engagements vis-à-vis de l’ensemble de nos parties prenantes.

  • Auprès de nos producteurs partenaires d’abord, à qui nous offrons pour première garantie de s’approvisionner prioritairement chez eux. Nous avons à cœur de soutenir le développement du commerce équitable « origine France », incarné par la gamme « Ensemble, Solidaires du producteur au consommateur ». Nous accompagnons également les projets de développement avec le fonds Défi Bio, qui permet de financer des outils structurants.
  • Auprès de nos salariés ensuite. Le partage est le maître mot ! Que ce soit le partage des richesses : nous leur reversons 1/3 des résultats et avons opté pour une dynamique affirmée de réduction des écarts salariaux. Ou le partage des décisions : les salariés bénéficient d’un pouvoir partagé de décision au travers de la mise en œuvre des ateliers de politique sociale ou des ateliers « plans stratégiques ». Enfin, nous œuvrons pour leur offrir une qualité de vie au travail satisfaisante comme en témoigne notre récent baromètre.
  • Auprès des magasins également, en assurant un respect de leur diversité et de leurs différences tout en maintenant une bonne cohérence et cohésion grâce à une vie politique riche et animée. Et auprès des consommateurs enfin, qui peuvent accéder à une offre produit qui a du sens à un juste prix. Et ainsi promouvoir dès maintenant une consommation responsable qui va, nous en sommes convaincus, s’imposer.

Cette tendance semble s’être déjà confirmée en 2016. Vous avez connu une belle année de croissance.

J’y vois trois raisons principales. Notre entreprise change d’échelle, en même temps que la bio dans son ensemble. C’est à la fois enthousiasmant mais c’est aussi un défi que nous avons à cœur de relever. C’est bien sûr aussi lié au développement de notre réseau et à l’évolution positive de notre notoriété. Cette visibilité renforce notre influence sur la société pour promouvoir le projet politique de Biocoop. Et cette croissance repose aussi et surtout sur le travail de toutes les équipes de l’entreprise que j’ai le plaisir de diriger car leur implication ne s’est jamais démentie.

Comment voyez-vous les années à venir ?

Avec sérénité car si Biocoop a 30 ans, sa vision n’a jamais été aussi actuelle, à bien des égards nous pourrions plus justement parler d’une vision d’avenir. Il nous faut cependant soutenir cette vision par l’investissement dans l’outil et le projet, c’est indispensable à notre pérennité.
Nos efforts devront être poursuivis tant localement que nationalement pour défendre et promouvoir notre modèle. Tous mes contacts extérieurs, et ils sont nombreux, m’encouragent dans cette voie car nous sommes une entreprise inspirante au service du monde de demain.